Retraites: Matignon saisit le COR sur l’équilibre des régimes

La CFDT récuse toute mesure pour repousser l’âge de départ avant le démarrage du nouveau système, au motif qu’il n’y a pas de problème de déficit,À cet argument politique s’ajoute une raison technique. «Le COR travaille généralement à longue échéance (cinquante ans). Or, là, nous voulons faire un zoom sur les dix prochaines années, ce qui doit conduire à regarder plus finement les hypothèses de très court terme», poursuit Matignon, tout en se défendant de vouloir changer les méthodes de travail des experts.

Édouard Philippe l’avait promis lors de son discours sur les retraites au Cese, c’est désormais chose faite. Le premier ministre a saisi le Conseil d’orientation des retraites (COR), par lettre en date du 19 septembre dontLe Figaro a eu copie, pour qu’il lui «présente rapidement un état de la situation financière de notre actuel système de retraite, d’aujourd’hui jusqu’à 2030». Le COR, où siègent les représentants des partenaires sociaux, devra rendre ses conclusions le 22 novembre,Mais le gouvernement va devoir rapidement sortir du bois sur un autre sujet. Comme Emmanuel Macron l’a lui-même expliqué lors de son interview sur France 2 après le G20, il faudra que le nouveau régime universel de retraites à points, qui sera inauguré en 2025, soit dès le départ à l’équilibre financier pour commencer sur des bases saines. Édouard Philippe, lui, a choisi la métaphore : il faut un « terrain plat », et non en pente, pour fonder le nouveau système.

Ce n’est pourtant pas ce que dit le Conseil d’orientation des retraites, le COR, l’organisme chargé de faire des diagnostics sur le système de retraites français, auquel participent les organisations patronales et syndicales. Selon son dernier rapport, le déficit du système de retraites serait compris, en fonction des conventions techniques retenues, entre – 0,2 % et – 0,4 % du PIB en 2022, dernière année du quinquennat Macron. À l’horizon 2025, ce solde s’échelonnerait entre – 0,3 % et – 0,6 % du PIB,Alors que cette instance indépendante a déjà présenté ses dernières projections en juin, pourquoi lui demander de recommencer l’exercice? «Il y a eu des doutes et des questionnements. Ressaisissons les experts et apportons une réponse», répond Matignon. En juin, le COR prévoyait en effet un scénario où le régime des retraites serait déficitaire dès 2022 et ne se rétablirait au mieux qu’en 2042. Sceptique, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, assure que tout va bien et qu’il n’y a pas besoin de mesures financières de redressement. «Il y a débat, remettons le ballon au milieu du terrain», indique le cabinet du premier ministre.