Allô Soral bobo

En composant le 08 99 25 22 66, on peut poser une question à Alain Soral et écouter sa réponse dans une vidéo sur le net. Certains consultent un médium, un astrologue ou une voyante, d’autres demandent à Alain Soral d’éclairer les faces cachées de l’Histoire ou de l’actualité. Pour ça, il est doté d’un outil précieux, il ne s’embarrasse pas d’un trousseau de clefs de compréhension du monde, il en a trouvé une qui ouvre toutes les portes, partout et tout le temps. Comme d’autres, il met des mots sur les maux, mais en plus il met un nom. Dans ses démonstrations comme dans les épisodes de Columbo, l’intérêt n‘est pas tant de chercher à trouver le coupable, puisque celui-ci est connu dès le début, mais de suivre les habiletés de scénario par lesquelles il sera confondu. Toutefois, Soral ne rivalise pas avec les scénaristes de la série policière et leurs inépuisables trouvailles puisque, avec lui, le criminel est toujours le même. Sur l’incendie de Notre—Dame, trois rabbins israéliens qui ont remercié Dieu d’avoir vengé un autodafé de Talmuds ordonné par Saint Louis sur le parvis et le mercantilisme judéo—maçonnique bien connu et bien placé lui suffisent pour ébaucher un complot, et aboutir à désigner le suspect habituel. On peut trouver que tout cela manque un peu de suspense, mais on est quand même bluffé de le voir remonter le fil alambiqué et monomaniaque de son enquête à charge. Les amateurs du genre pourraient stimuler le génie inventif de notre dissident en l’interrogeant sur son 08 sur la responsabilité des juifs dans l’extinction des dinosaures, l‘éruption du Vésuve ou le réchauffement climatique. Naturellement, cela a un prix, mais pour 25 centimes d’euros la minute, on peut s’épargner la lecture difficile d‘une littérature abondante sur l’antisémitisme et préférer avec Soral l‘apprentissage par l’exemple.