Tiger en cage ?

Tiger Woods est-il vraiment rangé des voitures ? Le célèbre golfeur américain défraie une nouvelle fois la chronique.

Des années après le scandale de ses frasques sexuelles, le surdoué du green a maille à partir avec la justice. Tout juste décoré, par Trump en personne, de la prestigieuse Médaille de la liberté, Woods doit faire face aux accusations des parents de Nicholas Immesberger, un jeune employé de son restaurant en Floride. Immesberger a trouvé la mort en rentrant de son service le 10 décembre dernier. Ivre au volant de sa Corvette, ce garçon de 24 ans n’a pas survécu à ses blessures après avoir fait une sortie de route et quelques tonneaux. La plainte déposée par les parents contre Woods stipule que le personnel de l’établissement aurait laissé son employé se saouler, en le resservant encore et encore, alors qu’il avait fini son service. Immesberger était pourtant connu pour ses sérieux problèmes d’alcool. La plainte indique que Woods lui-même avait bu des verres avec Immesberger quelques jours avant le drame, bien que sa petite amie ait prié ses collègues de ne plus l’abreuver en boissons fermentées. L’histoire ne dit pas si les Alcooliques anonymes qu’il fréquentait recommandent à leurs membres de travailler en tant qu’employé de bar. Pas de chance pour Tiger Woods, les images de vidéosurveillance du bar montrant la victime se saoulant pendant trois heures ayant été effacées, la justice américaine place tous les soupçons du côté de son patron.

Pour une fois qu’on ne reproche pas à Woods d’abuser de l’alcool, des médicaments ou de la bagatelle, il y a du progrès. Rappelons qu’en 2008, ce grand tombeur s’était retrouvé à l’hôpital. Le pauvre don Juan avait percuté une bouche à incendie en voiture alors qu’il tentait de fuir sa légitime épouse, qui le poursuivait un club de golf à la main.