La Space Needle de Seattle

Au-dessus de la ville de Seattle, dans l’État de Washington (nord-ouest des États-Unis), pointe l’emblématique Space Needle (« l’aiguille de l’espace »). Cette tour impressionnante a vu le jour en 1959 sous la forme d’un simple griffonnage sur la nappe en papier d’un restaurant de Stuttgart (Allemagne). C’est en effet lors d’un dîner dans un restaurant situé au sommet de la tour radio TV de la ville allemande que le dirigeant américain Edward Carlson, président de la future Exposition universelle de 1962, esquisse le design du bâtiment qui doit dominer l’événement. Son projet, aux allures futuristes pour l’époque, colle parfaitement au thème de l’exposition : le XXIe siècle et les progrès de la science et de la technologie. Développée par l’architecte américain John Graham, son ébauche de gratte-ciel se transforme en une tour imposante de 184 m de hauteur.

SOUCOUPE. Après l’acquisition d’une parcelle sur Broad Street de près de 1340 m2, un trou de plus de 9 m de profondeur et 36,6 m de largeur est creusé pour les fondations du bâtiment. Pour combler ce gouffre, 467 véhicules déversent 5600 t de béton et 250 t d’acier renforcé. Une prouesse pour l’époque, et la plus grande coulée de béton jamais effectuée alors sur la côte ouest des États-Unis. Le trépied en acier est ensuite érigé pour soutenir la célèbre plateforme à l’allure de soucoupe volante. La construction est achevée en un temps record : quatre cents jours. Juste à temps pour l’ouverture de l’Exposition universelle, le 21 avril 1962. Durant les six mois de l’événement, la tour accueille pas moins de 2,65 millions de personnes. Un succès, mais surtout un exploit technologique dont l’Amérique se sert, en pleine guerre froide, pour montrer sa puissance face à son rival de l’époque, l’Union soviétique.

TRANSPARENCE. Aujourd’hui, près de cinquante-sept ans après sa construction, la Space Needle attire quelque 20000 visiteurs par jour, qui viennent admirer la vue imprenable à 360 ° sur la ville émeraude (surnom de Seattle dû aux vertes forêts qui l’environnent). Depuis août 2018, les plus intrépides peuvent même déambuler sur un dallage transparent installé au dernier étage. Hissés à près de 159 m au-dessus de la rue, 48 panneaux de verre, pesant chacun plus de 1 t, ont remplacé la structure extérieure de la plateforme d’observation. Les sols du célèbre restaurant rotatif SkyCity ont également été remplacés par du verre pour une vue plongeante, et saisissante, sur la ville en contrebas.