Retrouvez, compétition par compétition, championnat par championnat

Jeudi 4 avril. On entre à peine en 2019, et tout fout déjà le camp: les stylos Bic quatre couleurs ne seront plus produits en Bretagne. La France ne sait toujours pas retenir ses talents, au contraire du Brésil puisque Ronaldinho est interdit de quitter le territoire. La faute à une amende de deux millions d’euros impayée depuis 2015. “Il me semble que le condamné se moque clairement de la justice devant la société brésilienne”, s’agace la procureure. Possible, mais il ne s’en moque pas autant que les consignes de Luis Fernandez, quand même? Puisqu’on parle de légendes, le Real Parete, club de neuvième division italienne, présente son nouveau coach. Nom: Maradona. Prénom: Hugo. Palmarès: frère de Diego. “J’ai beaucoup de contacts et je voulais une figure importante sur le banc”, se félicite Francesco Orabona, le président du club. À Liverpool aussi, on a pris une bonne résolution, celle de relancer l’intérêt de la Premier League. Les Reds s’inclinent pour la première fois de la saison, sur la pelouse de leur poursuivant Manchester City (2-1). De quoi faire péter les plombs à LeBron James, actionnaire du club de la Mersey, qui estime qu’il est le GOAT, soit le meilleur joueur de basket de tous les temps. Alors que tout le monde sait pourtant que c’est Antoine Rigaudeau.

Vendredi 5 avril. Tout le monde est encore repu au sortir des fêtes, mais ça n’empêche pas Franck Ribéry de s’offrir un steak recouvert d’or à 1200 dirhams chez le boucher-restaurateur-instagrammeur turc Nusret Gökçe, surnommé Salt Bae. Comme plus ou moins toute la planète football avant lui. Sauf que cette fois, Audrey Pulvar est au marquage et tacle à la gorge: “Monsieur Franck Ribéry, si vous ne savez pas quoi faire de votre argent, il reste plein de causes à financer et soutenir dans le monde.” Le début d’un feuilleton qui déclenche un irrépressible chaos dans le pays tout entier: une dame de 75 ans roulant sans permis est flashée à 162 km/h au volant de sa Porsche, dans la Drôme, le “Gang des panneaux” continue de sévir en retournant tous les panneaux routiers d’Indre-et-Loire et Bouna Sarr reste dubitatif face aux rumeurs envoyant Balotelli dans la cité phocéenne: “Je ne sais pas s’il apportera quelque chose.” Sinon, il y aurait éventuellement une autre piste offensive à creuser, un peu plus au nord, celle de Nicklas Bendtner, toujours très en forme, puisqu’il arbore sur son compte Instagram le bracelet électronique qu’il doit porter après avoir agressé un chauffeur de taxi. Espérons que ça ne le gêne pas dans sa quête de ballon d’or…

Samedi 6 avril. Si vous aviez encore un peu foi en l’humanité, sachez que ça ne devrait plus durer très longtemps. Aux États-Unis, une femme dans le coma depuis quatorze ans accouche d’un petit garçon. La police aimerait interroger tout le personnel hospitalier, certainement pour féliciter l’heureux papa. Et en France, les gens sont plus sains d’esprit? Que nenni. En échange de 150 euros par mois, le site MyBuBelly dispense des méthodes ultra pointues mises au point “auprès des plus grands spécialistes” pour choisir le sexe de son bébé. Et si on parlait plutôt des vrais problèmes? Les femmes françaises seraient les moins comblées sexuellement d’Europe (31% se déclarent insatisfaites), loin derrière les Néerlandaises et les Allemandes, en tête du peloton. Pendant ce temps-là, Franck Ribéry “nique” les arbres généalogiques des jaloux et reprend de volée les sarcasmes de Pulvar: “Je m’adresse à Audrey Pulvar ou Madame ‘Jefais- ce-que-je-veux-de-mon-argent’ avec une paire de lunettes à 3000 euros aux écailles de tortue, j’espère qu’elles vous permettent d’entrevoir un meilleur avenir professionnel que celui de la pseudo-journaliste que vous êtes actuellement.” Le Bayern siffle la fin de la récré, et colle une amende à son joueur.

Dimanche 7 avril. Alors que tout le monde s’empiffre de frangipane, un thon rouge se vend 2,7 millions d’euros au Japon. Madame Pulvar, un commentaire? Non? Place à Luka Modric alors. Après une nouvelle défaite des Madrilènes à domicile contre la Real Sociedad, le ballon d’or croate dégaze contre ses coéquipiers: “Beaucoup d’entre nous ne sont pas à leur niveau.” Une phrase qui aurait également pu être prononcée du côté de l’OM, éliminé de la coupe de France par Andrézieux (pas le violoniste, l’autre) alors que l’AS Monaco se qualifie brillamment (1-0) en venant à bout de l’ogre Canet-Roussillon, réduit à dix. Pas mal, mais c’est toujours une qualification de moins que le double adjoint Jimmy Modeste, dirigeant à la fois de l’Entente Sannois Saint-Gratien (tombeuse de Montpellier) et de Noisy-le-Grand (venu à bout du Gazélec Ajaccio). Qui a dit que la multiplication des temps partiels était incompatible avec le bonheur?

Lundi 8 avril. Le réveil est difficile puisque cette saloperie de Bohemian Rhapsody rafle le titre de meilleur film aux Golden Globes. Allez, on respire un grand coup, on regarde un épisode de Sunderland ‘til I die sur Netflix et on repart avec Wayne Rooney, interpellé à l’aéroport de Washington pour ivresse sur la voie publique et insultes à agent. Yann Moix n’est pas ivre, lui, quand il lâche dans Marie-Claire: “Je suis incapable d’aimer une femme de plus de 50 ans.” Pep Guardiola n’est pas alcoolisé non plus, mais ses adjoints ont pourtant un doute lorsqu’il leur demande d’apprendre à piloter des drones “pour superviser ses entraînements sous un autre angle”. Peut-être qu’il veut juste comprendre les courses de Benjamin Mendy…

Mardi 9 avril. Attention, c’est la journée des règlements de comptes! Sur Radio Classique, Luc Ferry tire le premier, au propre comme au figuré, puisqu’il exhorte les policiers à ouvrir le feu sur les manifestants: “Qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois!” La deuxième salve est signée Mathias Pogba, frère et sosie officiel de Paul, sur RMC Sports: “Le problème de Paul, c’était Mourinho. Basta! Dans le vestiaire, en dehors du vestiaire… Tout!” Et le problème du FC Nantes, vous le connaissez? C’est pourtant facile, c’est lui qui s’exprime, là, à propos de ses rapports avec Coach Vahid: “Y a-t-il déjà eu des étincelles? Oui, tout à fait, confesse Waldemar Kita. Nous nous sommes battus la semaine dernière. J’ai reçu une claque, il a reçu une claque. Mais comme il est beaucoup plus costaud que moi, et plus âgé, je n’ai pas répondu à la deuxième claque qu’il a donnée.” En parlant de soupe de phalanges, le sélectionneur Didier Deschamps laisse poindre un peu de nostalgie: “Kylian assume, comme d’autres, de vouloir tout et tout de suite. Il y a vingt ans, un joueur comme lui aurait sûrement pris des claques.” Jean-Michel Aulas est lui aussi un peu tendu en ce début d’année: “Je ne veux pas décrier la coupe de la ligue parce qu’on dira que je le fais parce qu’on s’est fait éliminer par Strasbourg, mais c’est vrai que c’est quand même une coupe en bois!” Au contraire de la ligue des champions féminine, évidemment.