Après plusieurs heures passées sur Just Cause 4

Pour Just Cause, le fun et l’amusement immédiat ont toujours été au centre des préoccupations d’Avalanche Studios, à parts égales avec son moteur physique et son monde ouvert.

Just Cause 4 jeu photo1
Just Cause 4 jeu photo1

D’ailleurs, ainsi que nous l’a révélé le lead game designer de Just Cause 4, ces quatre éléments sont si liés, si imbriqués que ses collèges de travail les plus proches sont des programmeurs et des ingénieurs, et que lui-même a des connaissances en physique et en aérodynamique. Parce que si Rico, le héros, est à l’épreuve des balles et est capable d’acrobaties insensées, l’île de Solis, ses véhicules, ses bâtiments et désormais ses tornades se veulent aussi crédibles que possible.

Just Cause 4 jeu photo2
Just Cause 4 jeu photo2

Annoncé comme plus narratif – Rico part à la recherche de son père disparu et enquête sur des dérèglements climatiques,Just Cause 4 nous a surtout passionnés par les possibilités démultipliées qu’il propose.

Just Cause 4 jeu photo3
Just Cause 4 jeu photo3

Ainsi chacune des fonctionnalités (booster,ballons) de son grappin est désormais personnalisable et cumulable dans ses effets, durée, hauteur, avec possibilité de placer trois (A, B, C) réglages dans les emplacements idoines. D’un simple coup de croix analogique, on passe de l’un à l’autre en fonction de ce que l’on désire obtenir. Ainsi, on peut transformer un tank en objet volant en lui associant des ballons indestructibles sur les côtés, et des boosters à l’arrière. Avec ce volet, le studio semble avoir bien intégré le fait que les joueurs apprécient surtout de s’éclater avec le bac à sable Just Cause. Et pour le coup, après avoir passé quelques dizaines de minutes dans les menus pour expérimenter ce système, on a pu s’amuser comme jamais avec l’environnement et des soldats de Black Hand bien mieux équipés que les forces adverses des précédents volets.

Just Cause 4 jeu photo4
Just Cause 4 jeu photo4

En armure, déployant des boucliers, lâchant des grenades lorsqu’ils trépassent, ces soldats aux ordres de la terrible Gabriella Morales s’avèrent aussi un peu plus malins. L’île de Solis dispose de quatre biomes bien distincts : jungle tropicale, plaine, désert et montagnes enneigées, avec pour chacun une météo particulière. Ainsi, la partie désertique est en proie à des tempêtes de sable qui aveuglent Rico et ses adversaires, celles de la jungle multiplient les éclairs (que l’on peut contrôler d’après les développeurs), les cyclones de la plaine détruisent tout sur leur passage, etc. Dans les faits, comme il s’agit pour Rico de provoquer le chaos en cassant un maximum de matériels et bâtiments ennemis, il faut profiter de ces catastrophes au mieux pour « simplifier » son travail. D’ailleurs, plus la jauge de chaos est élevée dans une région et plus des résistants se lèvent pour vous rejoindre, occupant les installations de Black Hand et venant vous donner un coup de main si besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *