Le dollar roi, encore et toujours

Les Etats Unis peuvent ils continuellement avoir un train de vie supérieur à leurs moyens ?

La politique budgétaire contra cyclique de son président étonne autant qu’elle énerve : jusqu’à quand la première économie du monde pourratelle creuser son déficit et sa dette publique, sans que les investisseurs étrangers ne finissent par s’en détourner ? D’après le Congressional Budget Office, les intérêts à payer vont tripler pour atteindre près de 1.000 milliards de dollars d’ici à 2028. Une somme supérieure au budget militaire…

La part du dollar dans les réserves de change mondiales a reculé pour le sixième trimestre d’affilée fin juin et atteint son plus bas niveau depuis 2013. Il reste néanmoins prépondérant, avec 62,3 % des réserves. Mais l’inébranlable optimisme du président américain le fait plutôt tourner le regard vers les marchés de change : entre le ralentissement de l’économie mondiale et les risques que font courir l’Italie et le Royaume Uni à l’Europe, le dollar a atteint, lundi 12 novembre, un plushaut depuis dixsept mois par rapport aux principales autres devises. C’est bien là tout l’avantage de la monnaie américaine : elle restera encore un bon moment la devise suprême, car, en réalité, il n’y a pas d’alternative !

Laisser un commentaire