SIX SKIPPERS FÉMININES SE LANCERONT DANS LA ROUTE DU RHUM CE DIMANCHE

Ils sont 124 skippers au départ de Saint- Malo ce dimanche 11 novembre, direction la Guadeloupe, sur la Route du Rhum. La course transatlantique qui a lieu tous les quatre ans fête cette année son 40e anniversaire. Les femmes sont assez rares à relever ce défi, en solo, sans escale et sans assistance. Six cette année, pour être précis. Au milieu de navigatrices aguerries comme Miranda Merron (49 ans,3e édition) et Samantha Davies (44 ans, 4e lors du Vendée Globe 2008-2009), une «bizuth »: Morgane Ursault-Poupon (photo), née en 1986, l’année où son père, Philippe Poupon, remportait la traversée mythique. Marin professionnel, la Bretonne se frotte pour la première fois au monde des régates, avec pour humble objectif d’arriver à bon port, sans casse ni blessure. Morgane concourt dans la catégorie des Class40, des monocoques de 40 pieds (12 mètres). Comme la plupart de ses consoeurs, la jeune femme cite en modèle Florence Arthaud, seule femme à avoir remporté la compétition, en 1990, sur son trimaran Pierre Ier, monstre de 60 pieds (20 mètres). Parmi les six concurrentes 2018, trois se lancent à la barre de monocoques de 60 pieds, taillés pour les hommes.

Records et bons sentiments C’est à la barre d’un engin similaire qu’Ellen MacArthur remportait l’édition de 2002, dans cette catégorie (Imoca). La Britannique avait déjà brillé deux ans auparavant en finissant 2e du Vendée Globe (tour du monde en solitaire) a seulement 24 ans. Côté record pour le Rhum, c’est le vétéran Loïck Peyron qui l’a établi en 2014, en 7 jours, 15 heures, 8 minutes et 32 secondes. A quelques jours de ses 59 ans, il sera pour la 8e fois sur la ligne de départ, à bord d’un bateau vintage, Happy, petit trimaran jaune, copie de celui qui remporta la première édition en 1978. Il naviguera à l’ancienne, sans sextant ni bulletins météo, en hommage aux pionniers. Et pour une bonne cause: le célèbre marin partira sous les couleurs d’Action Enfance, fondation qui protège les enfants et adolescents placés en famille d’accueil.

Laisser un commentaire