ainsi parlait Emmanuel Macron

Il faut une métropole réunissant la zone dense, indépendamment des anciennes frontières départementales : c’est ça le Grand Paris . Sur ces territoires où des métropoles fortes sont constituées, il est évident qu’ilfaut progressivement, et pour moi c’est l’objectif du prochain quinquennat, en faire de vrais pôles de prospérité et de croissance, qui pensent au niveau du département, et qui pourront prendre en charge les attributions des conseils départementaux . Ça ne concerne sans doute pas toutes les métropoles au sens administratif du terme, en tout cas il ne faut pas s’y obliger, mais cela pourra concerner un bon nombre d’entre elles à commencer, bien sûr, par celle de Paris . Ainsi parlait Emmanuel Macron en amont de son élection. En résumé, s’il tenait parole, la réforme annoncée du Grand Paris, dont personne ne veut rien dire du côté du gouvernement, conjuguerait l’élargissement du périmètre du Grand Paris avec la suppression des départements en son sein. Et comme entre temps, Edouard Philippe a placé la barre un peu plus haut encore, affirmant qu’il ne devait demeurer in fine, que deux niveaux d’administration territoriale sous la région, la chasse aux maillons faibles est repartie de plus belle. Avec un air de déjà vu un rien lassant. C’est sans doute la raison pour laquelle les proches d’Emmanuel Macron assortissent l’exercice de leur devoir de réserve d’une affirmation constante : la réforme à venir partira des projets. Si cela ne veut pas dire grand chose, on approuve l’esprit : favoriser, accélérer, développer une région follement riche, qui ne demande que de confirmer une reprise ressentie partout.

Laisser un commentaire