Élu local, enjeu national

Après « la présidentielle », les Français se tournent désormais vers « les législatives ». Ces élections se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. À Stains, les bureaux de vote seront ouverts de 8 heures à 20 heures.

Dans la 4ème circonscription de la Seine-Saint-Denis composée par les villes de Stains, Dugny, la Courneuve et le Blanc-Mesnil, depuis le découpage électoral de 2012, ils seront 10 candidats à briguer le siège de député. Le scrutin aura lieu dans les 577 circonscriptions que compte l’hexagone. 7 882 candidats sont en lice pour le premier tour dont 178 dans le 93. Les conditions à remplir pour voter sont les mêmes que pour tout scrutin national : être majeur, de nationalité française, ne pas être privé de ses droits civiques et être inscrit sur les listes électorales. Comme pour l’élection présidentielle, il est possible de voter par procuration jusqu’à samedi.

Un scrutin majoritaire uninominal à deux tours
Les candidats qui obtiendront au moins 12,5 % des voix des électeurs inscrits au premier tour seront qualifiés pour le second, ce qui peut former des triangulaires voire des quadrangulaires. Excepté bien sûr si un candidat remporte dès le premier tour plus de 50 % des voix. Qui sont ces candidats ? 3 344 femmes figurent parmi ces prétendants et 4 538 hommes. La parité n’est donc toujours pas de mise. Toutefois, une loi d’août 2 014 double les pénalités financières infligées aux partis qui présentent moins de 50 % de femmes.

Les députés, un rôle essentiel La mission principale des députés est de voter les lois, environ une centaine par an. Ils sont élus pour un mandat de cinq ans, sauf si le Président de la République décide de dissoudre l’Assemblée nationale (article 12 de la Contitution). Un suppléant est appelé à les remplacer en cas de décès, de nomination au Gouvernement ou au Conseil constitutionnel ou alors de prolongation au-delà de six mois d’une mission temporaire confiée par le Gouvernement. Généralement, ils votent des projets de loi préparés par le gouvernement. Le premier ministre a d’ores et déjà évoqué des dossiers tel celui de la réforme du droit du travail. Les députés peuvent aussi déposer des propositions de loi et effectuer des amendements aux textes. Ceux qui partagent les mêmes opinions politiques peuvent s’allier, s’ils sont au moins quinze, dans des groupes parlementaires. Tous les mardis et mercredis après-midi, ils peuvent interroger directement les ministres. Ils sont investis d’un mandat national. Bien qu’élus dans une circonscription. Ils peuvent lancer des commissions d’enquête pour contrôler l’action du gouvernement. Il s’agit d’un équilibre démocratique : le principe d’une majorité et d’une opposition. Peut-on imaginer ce principe remis en cause ? Les députés sont habilités à renverser le gouvernement, grâce à une motion de censure. Celle-ci n’a été utilisée qu’une fois, en 1962, pour sanctionner le gouvernement Pompidou. Aux urnes citoyens Stanois, formez votre assemblée.

Laisser un commentaire