Le secteur Sud sur le terrain

22 Stanois ont visité différents quartiers du secteur Sud de la ville. Une visite qui s’inscrit dans le cadre des premières réunions des Conseils d’habitants, qui se sont tenues en avril et en mai dernier. Le but de cette visite ? « Que les membres du Conseil découvrent mieux les quartiers des uns des autres, qu’ils y relèvent tous les problèmes et surtout qu’ils apprennent à se connaître afin de créer une dynamique et une base de travail pour une future réunion d’action en septembre », explique Kassem Idir, l’adjoint au maire délégué à la vie de quartier du secteur Sud, qui a accompagné les habitants. Au programme : les visites des quartiers Allende, Victor-Renelle, Moulin Neuf, La Prêtresse et Louis-Bordes.

Allende
Le groupe débute par le quartier d’Allende. La rue Salengro
est pointée du doigt « pour sa saleté », un dépôt de voitures
abandonnées et un atelier de mécanique sauvage. D’autres
riverains, rencontrés au fil de la visite, mettent en avant les problèmes de nuisance sonore et les risques de sécurité occasionnées par la boucherie, implantée au milieu de cette zone d’habitat entre les rues Georges-Bauce et Théophile-Gautier. Le maire adjoint en profite pour témoigner de la présence d’une voiture
abandonnée depuis plus d’un an devant l’école maternelle Anne-
Franck.
Suite à la dissolution de l’Opievoy, les habitants du quartier
Allende se battent aussi, avec le soutien des élus et de l’Amicale de locataires, pour que leur cité soit reprise par un office public
d’HLM (comme celui de Plaine Commune), et non par une
structure privée.

Renelle
La visite se poursuit dans le quartier Victor-Renelle où est
abordée la question du sentiment d’insécurité des riverains, causée
notamment par un rassemblement d’individus du quartier au
niveau du Centre d’accueil de demandeurs d’asile. Du côté de
la cité Orée du Bois, les habitants déplorent l’absence de terrain de
jeux pour les enfants et la fermeture par le Conseil départemental
de la porte 10 donnant accès au Parc de la Courneuve. À ce
sujet, Kassem Idir se montre rassurant : une solution sera apportée
le 28 juin prochain. Au Moulin Neuf, les habitants et la municipalité se battent pour la reconstruction du centre social Yamina-Setti, victime d’un incendie criminel en 2 015. Dans ce quartier, on constate la persistance de problèmes liés aux logements : rappelons qu’en 2014, les locataires ont été privés de chauffage plusieurs semaines.
Il est évoqué l’idée de relancer les Amicales de locataires, aujourd’hui un peu somnolentes, ainsi d’impliquer d’avantage l’association « Jeunesse Dorée » pour que les jeunes soient plus engagés aux côtés du collectif d’habitants. Dans les cités et résidences Rouillon et Vieille Mer, les habitants se mobilisent également pour que le bailleur I3F stoppe la dégradation de leurs conditions de logements, d’habitat et de cadre de vie.

La Prêtresse
À La Prêtresse : un collectif d’habitants, avec le soutien actif de la
mairie, a obtenu en 2 015 que le quartier soit complétement rénové
par l’ANRU dans le cadre du NPNRU (nouveau programme
national de renouvellement urbain). Les habitants militent
pour que la zone pavillonnaire située derrière l’école bénéficie
également de cette rénovation sur le plan de la voirie, de l’aménagement du stationnement, des trottoirs, etc. Autre bonne nouvelle : le collectif d’habitants du quartier est en passe de se transformer en association afin de disposer de plus de moyens et d’être mieux écouté… La Prêtresse va aussi se doter d’une véritable Amicale de locataires Le collectif et l’adjoint au maire en profitent pour déplorer la disparition d’un véritable ministère du logement et de la politique de la ville au sein du gouvernement.
Bordes Enfin la visite se termine au quartier Louis-Bordes où on
note des problèmes de nuisances sonores, de stationnements et
de circulation automobile. À cela s’ajoutent des difficultés d’isolations thermiques dans les logements gérés par le bailleur
« France Habitation ». Les habitants s’inquiètent également
des nuisances sonores et de circulation que pourrait engendrer
le prolongement de la ligne 253 jusqu’à la nouvelle gare de
Stains La Cerisaie Une visite des quartiers Sud riche en enseignements : si tout n’est pas rose, les habitants ont
pris conscience que c’est par la lutte et le rassemblement que
l’on peut faire bouger les choses, avec le concours de la municipalité.
Ce que résume Mourad, du quartier de La Prêtresse : « Cela
permet de voir les différents problèmes et d’essayer ensemble de
trouver les solutions adéquates ». Un constat partagé par Christiane,
habitante du quartier Allende : « On s’aperçoit que l’on n’est pas seul à rencontrer des problèmes. Seule, on n’est rien, mais ensemble, on est plus fort et l’union fait la force ». Tel est bien le but de ces conseils d’habitants.

Laisser un commentaire